On raconte qu’un perse maîtrisait si bien la langue arabe que lorsqu’il parlait à des arabes, ces derniers lui demandaient à quelle tribu il appartenait pensant qu’il était des leurs.

Ce à quoi il répondait en rigolant : « Je suis perse ! Et pourtant je maîtrise l’arabe bien mieux que vous».

Il croisa un jour un groupe d’entre eux. Il les rejoignit et échangea avec eux.

Ils l’interrogèrent : « De quel tribu es-tu ? » 

Il rigola et leur répondit « je suis un perse qui maitrise l’arabe mieux que les arabes eux-mêmes ».

Un des hommes se leva alors et lui dit : « Rends-toi chez le bédouin Untel fils d’Untel et parle-lui. S’il ne se rends pas compte que tu n’es pas arabe, tu auras réussis et tu nous auras réellement surpassé comme tu t’en enorgueillis ».

Le bédouin en question était d’une perspicacité sans pareil.

Sur ces entrefaites, le perse se dirigea vers la maison de ce bédouin et frappa à sa porte.

Sa fille, de derrière la porte, demanda : « Qui est-ce ? »

Il répondit : « Je suis un arabe. Je souhaite m’entretenir avec ton père ».

Elle lui répondit [en employant des termes d’un registre relativement soutenu et des mots non-courants] : « Mon père est parti dans le désert, et lorsque que la nuit viendra, il sera certes de retour ».

Il demanda [n’ayant rien compris aux mots employés par la fillette] : « Où est parti ton père ?! »

Elle répondit, par la même phrase, : « Mon père est parti dans le désert, et lorsque que la nuit viendra, il sera certes de retour ».

Le perse fit répéter la fillette à plusieurs reprises. Elle continua à lui donner la même réponse jusqu’à ce que sa mère finisse par lui demander « Ô ma fille, qui frappe à la porte ? » et la fille de répondre « un étranger non-arabe, maman ! ».

Et dire qu’il n’a même pas encore rencontré le père !

يقال أن رجلا من فارس يجيد اللغة العربية بطلاقة حتى أن العرب عندما يكلمهم يسألونه من أي قبائل العرب أنت  فيضحك ويقول أنا فارسي وأجيد العربية أكثر من العرب فذات يوم وكعادته وجد مجلس قوم من العرب فجلس عندهم وتكلم معهم وسألوه من أي قبائل العرب أنت
فضحك وقال أنا من فارس وأجيد العربية خيرا منكم فقام أحد الجلوس وقال له 
اذهب الى فلان بن فلان رجل من الأعراب وكلمه فإن لم يعرف أنك من العجم
فقد نجحت وغلبتنا كما زعمت 
وكان ذلك الأعرابي ذا فراسة شديدة
فذهب الفارسي إلى بيت الأعرابي و طرق الباب فإذا بابنة الأعرابي وراء الباب 
تقول من بالباب فرد الفارسي أنا رجل من العرب وأريد أباك
فقالت أبي فاء الى الفيافي فإذا فاء الفي أفا
و هي تعني أن أباها ذهب إلى الصحراء فإذا حل الظلام أتى
فقال لها إلى أين ذهب فردت عليه أبي فاء الى الفيافي فإذا فاء الفي أفا
فأخذ الفارسي يراجع الطفلة ويسأل و هي تجيب من وراء الباب حتى سألتها أمها
يآ ابنتي من بالباب فردت أعجمي على الباب يا أمي
فكيف لو قابل أبآهآ

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à partager, commenter ! 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *